• Depuis la rentrée de septembre, j'ai le bonheur d'avoir rejoins un groupe ayant presque la même démarche...A  quelques kilomètres de chez moi, je fais du yoga et de la pratique méditative, dans le centre "Kerzen", avec la seule prof de toute la Bretagne qui a une démarche plus approfondie que dans les cours "classiques" de Yoga... Bref, encore un méga cadeau de la Vie..

    Cette démarche est dans la lignée de   K.G Dürckheim  (1896-1988) , celui qu'on appelle "le vieux sage de la Forêt- Noire.. Pour te donner un aperçu de ce travail, je te propose un texte sur  la méditation..Ce texte a été écrit  par Jacques Castermane, l'homme qui continue l'enseignement de Dûrckheim..

     

    La méditation de pleine attention, l’exercice de l’absolue présence, n’est pas une méthode pour atteindre un objectif. La méditation dite de pleine conscience diffère totalement de la méditation qui, pendant plus de vingt-cinq siècles, a irrigué les terres Orientales et Extrême-Orientales.


    L’homme du zen aborde la réalité d’une manière pré-scientifique ; peut être même anti-scientifique écrit D.T. Suzuki . Alors qu’en Occident, l’étude scientifique de la réalité consiste à l’envisager sous un angle « objectif » (en s’appuyant sur la conscience “de”, la pensée, la conceptualisation, l’analyse, le
    raisonnement), le maître zen invite ses disciples à considérer soigneusement leur vécu intérieur absolument  « subjectif ».


    Un exemple : L’expression « exercer la pleine conscience sur la respiration » invite la personne qui médite à un regard dualiste sur le réel : Moi, qui suis assis (n° 1) et quelque chose, la respiration (n° 2). Ce qui correspond à l’étude scientifique de la réalité qui consiste à l’envisager sous un angle objectif en fabriquant un point de vue dualiste qui oppose le sujet et l’objet.


    L’approche du zen est absolument différente. La personne qui pratique la méditation est invitée à porter attention à l’expérience « JeInspire » en ce moment, pour ce moment. « JeInspire », en un mot, sans intervalle entre le sujet et le verbe ; parce qu’il n’y a ni distance ni écart de temps entre ce que je nomme « Je » et ce que je nomme « Inspire ». La méthode zen nous invite à appréhender la réalité de l’intérieur, telle qu’elle est réellement.


    Combien de fois ai-je entendu KG Dückheim dire : « La respiration, ça n’existe pas ! Quelqu’un en ce
    moment respire. La marche, ça n’existe pas ; en ce moment quelqu’un marche ». La science propose des discours à propos de la respiration, des discours sur le corps disséqué, fragmenté, fractionné à partir d’un point de vue dualiste ; ces théories empêchent la connaissance expérimentale du « tout corps vivant dans son —unité — ; du corps que l’homme— est— .»


    L’expérience JeInspire, JeMarche, JeVois, JeEntends, … l’expérience JeSuis est ce que le zen désigne comme étant l’expérience de notre vraie nature ; de notre propre essence, dit Dürckheim.
    Méditer sans but … n’est pas sans effet. C’est lorsqu’il est saisi par l’expérience de sa vraie nature que l’être humain fait l’expérience de ces qualités d’être qui font de l’homme un être humain : le calme intérieur, la confiance, la paix intérieure.


    Et pas besoin de scanner... pour objectiver si vous êtes vraiment calme, serein en paix ; vous le sentez et vous le ressentez naturellement.


    L’amalgame entre le mot « conscience » et le mot « attention » est propre à de nombreux auteurs qui
    traitent aujourd’hui de la méditation, sans qu’ils se rendent compte des conséquences néfastes auxquelles peut conduire cette confusion. Nous savons tous qu’il peut arriver qu’un mot manque son objet. L’idéal serait que les mots « attention » et « conscience » engendrent une action identique en vue d’un but commun.


    Mais c’est loin d’être le cas. Discernement sans doute hors de portée des personnes qui n’ont pas une
    expérience suffisamment approfondie de cet exercice indissociablement corporel et spirituel ou qui pensent  pouvoir l’enseigner après seulement quelques week-ends de formation (!)

    Jacques Castermane

     

     

    Méditer...sans but !

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Déjà une année qui se termine, j'ai l’impression que ça va de plus en plus vite...A travers cette petite vidéo, je te souhaite des joyeuses fêtes de Noël, dans la joie des rires, des  partages, des cadeaux....

     

     

     

    Joyeuses fêtes

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Ci-dessous un texte Eckart Tollé, l'un de mes tout premiers "enseignants", d'ailleurs tu peux trouver de nombreux mp3 et livres Eckart sur mon compte " Partagora"

    Je peux vous assurer que ça n arrive à personne de n'avoir que de bonne pensées.
    Parce que le mental humain est constitué de polarité , bon et mauvais haut et bas , donc à ce niveau n essayez pas d'amener le moi parfait ... il n'existe pas ! Permettez vous les imperfections .
    Permettez aux pensées d'être la . Elles arrivent ...  


    Si vous les combattez , vous les renforcez .
    Les gens qui ont le plus de mal avec leurs pensées , sont ceux qui sont " spirituels" pour ainsi dire .
    Ils se considèrent , ou sont considérés par les autres comme spirituels. Ils leur faut jouer un rôle , et ils ne peuvent pas admettre d'avoir de mauvaises pensées qu'ils répriment alors .


    Ils peuvent avoir de mauvaises émotions , de la colère, du ressentiment , et ils disent ; Non je n ai pas de mauvaises émotions ... Ils ne peuvent même pas se l'avouer a eux même et alors ils adoptent subitement de très mauvais comportements et ils ne savent pas à quoi cela tient.
    Donc la seule chose que vous ayez besoin de faire concernant les pensées c'est d être LA conscience , permettez les pensées . Elles ont alors moins de pouvoir sur vous .
    Parce que vous ne vous changez  aucunes pensées qui vient dans votre tête .
    Elles ne sont pas qui vous êtes . Ce ne sont que des pensées .


    Si vous avez des mauvaises pensées pendant deux heures , ça ne fait pas de vous une mauvaise personne!! Cela signifie seulement que les dites mauvaises pensées vous traversent la tête .
    Alors vous les regardez , quand vous les autorisez , il y a un espace plus grand le JE d'où vous regardez.


    Les pensées sont comme des nuages qui passent . Vous n avez pas à suivre chaque pensées .
    Les pensées peuvent devenir très ennuyeuses , vous pouvez avoir un schéma mental répétitif qui se maintient dans votre tête pendant des heures , voir même des jours . Vous n avez pas besoin de suivre chaque pensée quand vous êtes conscient. Vous la regardez .


    La pensée vient ,et elle disparaît ... mais la Conscience demeure.
    Et la pensée perd alors déjà du pouvoir. Elle n est rien .
    Donc vous trouvez une relation d'espace avec vos pensées.
    Vous n'êtes rien de ce qui émerge dans cet espace magnifique de qui vous êtes.
    De la Conscience que vous êtes. Qui est l'intelligence infinie.
    Les pensées sont seulement des formes qui vont et viennent .
    Donc la pensée n'est pas un problème.


    Soyez là en temps que témoin de ce qui se passe en vous.
    Le changement se produit alors de lui même .

    Le mental aura toujours du bon et  du mauvais. Il est constitué de polarité .
    Mais ce n'est pas qui vous êtes ... et vous n'avez pas à agir .
    C est alors la fin de la culpabilité .   E.Tolle

     

    Avoir de mauvaises pensées

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique