• Betty

    BETTY:


    À l'automne 2008, en me promenant seule un soir, je me suis arrêtée tout à coup et j’ai fait un foudroyant constat : au plus profond de moi, je voyais que j’étais incapable de trouver la paix, car je n’étais pas équipée pour cela.

    Mon cheminement spirituel, mes efforts et ma recherche d’expériences ne m’avaient amenée nulle part. J’étais totalement dégoûtée. Je me suis dit : « Je laisse tout tomber, advienne que pourra, je me fiche de n'être rien et seule. »

    Je constatais qu’après de grandes souffrances inutiles, je me retrouvais dans un état neutre, comme dans un désert. Je n'étais ni bien ni mal, je refusais de me laisser atteindre par les pensées, mais je n’avais aucune résistance, je n’essayais pas de les repousser : « Vous existez les pensées! Parfait, faites votre travail : moi, je ne me sens plus concernée. » Je ne croyais plus en moi, j'étais glacée, prête à mourir.

    Est-ce que l'éveil survient quand il y a une insupportable urgence dans l'appel, quand il y a acharnement? Je ne sais pas. L'année qui a précédé ce séisme, j'avais pourtant un franc désir d'absolu, mais je constate maintenant qu'il y avait une peur qui m'habitait : la grande peur de ne pas exister.

    L’amour que je pensais à la base de tout, cet amour que je définissais à l’opposé de la haine alimentait cette peur. Elle s’immisçait partout : dans mes relations amoureuses, dans le dialogue avec mes filles, dans ma vie professionnelle.

    Je voyais l’absurdité de ces situations au gré de mes expériences : avoir peur de ces choses qui devaient m’apporter le bonheur n’avait pas de sens. J’avais une réelle motivation à me libérer de cette peur qui engendrait de la douleur et de la souffrance, mais je ne voulais pas abandonner qui j'étais, je voulais continuer d’exister en tant que « moi ».

    Après cette soirée où j’ai honnêtement lâché prise, je ne marchandais plus, j'accueillais le moment pour ce qu'il était, le laissant glisser sur moi, quelquefois interprété comme douloureux, quelquefois interprété comme joyeux, mais toujours acceptable, car il existait dans ce monde que je projetais moi-même. J’en ai donc pris l’inévitable et entière responsabilité.

    Ce faisant, il ne restait qu’une soif d’inconnu, non identifié, intouchable, inqualifiable, qui s'étendait et créait de l’espace. La vie a répondu. Mon témoignage est simple, accessible et sans but. Je me suis créé une invitation à abandonner le monde instable de la forme et j’y ai répondu.

    Reconnaître que l'on Est l'essence même de la Vie, c’est vivre en permanence la Paix, comme les fleurs, sans rien attendre, sans rien demander. La Conscience est intemporelle, non individuelle et ne subit pas de processus évolutif : elle EST! C’est ce que nous sommes tous! Vous pouvez lire le basculement de Betty disponible sur le site internet de la revue 3ème millénaire. 

  • Ci-dessous je te propose une vidéo de Betty, que tu as peut-être déjà vu de ton côté.... Cependant je sens de te la partager, car elle me parle beaucoup suite au stasang avec Janick dernièrement.... Quand  "les émotion fossiles" ont été repéré, un vrai "travail" peut-être fait, mais c'est quoi au juste ces émotions ??? Betty te l'explique dans cette vidéo, alors sois attentive (f) à ses explications.

    (PS: la vidéo en français démarre vers 2,40 minutes)

     

     

    Les émotions fossiles

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comme tu le sais peut--être Betty est en France pour nous partager son "basculement"... Avant de nous rejoindre, elle a écrit un super texte sur Facebook que je sens de te partager.... Si tu désires rencontrer Betty, tu as toutes les infos ici

     LE DÉPART
    Je vais traverser l'océan pour venir vous rencontrer. C'est un voyage relativement court. Je suis née et je vis au Québec. Je n'ai pas le même accent que vous. Cet organisme vivant qui parle n'est pas conditionné physiquement, socialement de la même façon que vous. Nos règles de société ne sont pas les mêmes.

    Je vis dans un pays aux brusques changements de températures, un pays où les gens sont spontanés et simples. Les ancêtres amérindiens nous ont transmis l'amour de la nature et le goût des grands espaces. Je n'ai pas le poids de 1000 ans d'éducation et d'instruction qui ferait de moi ce que vous appelez un être raffiné et cultivé. Je ne m'appuie sur aucun enseignement. Je ne viens d'aucune lignée.

    Je vous invite à ne pas vous laisser distraire par ces apparentes différences, mais à accueillir le parfum qui se cache derrière les mots. Le grand rendez-vous est dans la fraîcheur de l'instant. Je témoigne simplement de la fin d'un rêve d'individualité.

    Je ne vais pas vous parler des grands livres sacrés; lisez-les-vous même si le coeur vous en dit. Je ne vais pas vous raconter l'histoire des grands maîtres. Il y a des historiens pour ça. Je ne vous raconterai pas que la vérité était connue des anciens; je vais vous parler de la fraîcheur de l'instant, de l'absence de référence, je vais vous parler du présent infini.

    Je vous invite à constater que vous êtes des explorateurs uniques, des voyageurs de l'au-dedans. Marcher dans les pas des autres en imitant leurs gestes ou leurs méthodes ne vous servira à rien.

    Rassurez- vous...tout est à sa juste place.

    Malgré ce que vous interprétez. Tout est à sa juste place dans ce torrent de vie qui donne l'impression d'expérimenter successivement la joie et la peine, le bien-être et la douleur, l'espoir et le désespoir.

    Rassurez-vous...tout va bien.
    Betty

    Le départ

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Comme tu le sais, mon seul et unique désir est de quitter mon rêve. C'est à dire ne plus rester accrocher à des pensées "merdiques" qui empoisonnent ma vie depuis tant d'années... Comme le disent tous les éveillés, il n'y a qu'une solution "regarder" ses pensées, conditionnements, croyances de très prés. Puis quand l'absurdité de nos automatismes est vue, tout s'écroule, et il ne reste plus que la Joie d’Être.

    Ok, j'ai tout compris, mais seule je n'arrive pas à "Voir"correctement : sans juger, sans comparer, sans chercher à comprendre mes pensées, croyances, et Cie..... Si tu es un(e) fidèle lecteur (e) ; tu as lu que j'ai un bon "feeling" avec Caroline Blanco. C'est donc avec beaucoup de joie et d'enthousiasme que je me suis inscrite à l'accompagnement de petit groupe que propose Caroline.


    Le principe est simple : en groupe de huit personnes, nous allons nous retrouver ensemble une fois par mois, de 10 à16h00, dans une salle "virtuelle", pour "voir" réellement nos blocages. Je suis très heureuse de faire ce "travail" ; car en petit groupe chacun pourra s'exprimer. En plus c'est les mêmes horaires qu'un W.E de stage, mais sans les frais supplémentaires  (transport,hébergement,repas..).

    Et surtout, travailler avec les mêmes personnes, toutes motivées à fond, va nous faire avancer toutes ensembles. Nous allons apprendre à vraiment "VOIR" nos blocages, nos peurs, tout ce qui nous prive du bonheur d'être vivant à 100%,au lieu de continuer à paraître, à tricher avec nous-même,  et souffrir  sans arrêt "pour du vent"

    Il reste encore quelques places, alors peut-être aurais-je le bonheur de te rencontrer chaque mois, pour partager une superbe aventure, la seule qui vaut vraiment le coup de vivre

                                                                          Tu as toutes les infos ICI

     

    Enfin "Voir" !!!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique