• Ci-dessous, je sens de te partager un texte qui me parle beaucoup:

     

    Depuis que je m’en souvienne, j’ai toujours eu des soucis dans mes relations avec “les autres” et principalement dans les relations familiales et amoureuses. Injustices, Abandons, Rejets, Trahisons, Humiliations, les 5 blessures comme on les appelles se répétaient sans cesse dans ma vie. Encore et encore.

    Les détails des histoires et les personnages impliqués changeaient à chaque fois bien entendu, mais au fond je voyais bien que tout se répétait, encore et encore. Un jour d’été 2014, j’ai décidé de ne plus chercher un autre “énième amour” pour “oublier” les blessures des amours déçus passés. Et j’ai décidé…. Plus de pansements… Plus de béquille… Fini de chercher des réponses à mes déboires dans les histoires elles mêmes, à chercher à comprendre qui à raison et qui à tord. Qui blâmer et sur quoi me lamenter… J’ai laissé les plaies ouvertes et je suis parti intérieurement les explorer, une à une, en me remémorant même les histoires passées.

     

    J’ai cherché intérieurement le mécanisme qui provoquait de telles souffrances en mettant de coté complètement les personnages et les histoires qui avaient déclenché cela en moi. J’ai retourné complètement mon regard vers l’intérieur et j’ai décidé que je me servirai de chacune de ces expériences pour tourner mon regard vers l’intérieur. La revue de vie a commencée…

    Intuitivement j’avais comprit que tout cela ne pouvait pas être le fruit du hasard, les “coïncidences” étant décidément bien trop nombreuses, je suis parti explorer le message intérieur que ces expériences m’apportaient. Vous décrire chaque message serait trop long et surtout inutile, on passerait en plus à coté de l’essentiel qui est le retournement du regard vers l’intérieur.

    J’apporte juste mon témoignage sur une chose simple à comprendre. Blâmer l’extérieur pour ce que l’on ressent n’est pas la solution. Cela ne l’a jamais été et ne le sera jamais, donc si vous voulez éviter une perte de temps et la répétition des leçons par la souffrance, je vous invite à tourner votre regards vers l’intérieur le plus vite possible.

     

    Mon évolution dès lors a été ultra rapide, je voyais tout ce qui m’arrivait comme étant une occasion bénéfique d’aller voir en moi intérieurement, les personnages et les histoires n’avaient plus aucune importance dès lors, c’était devenu des miroirs, et je bénissais chaque miroir, chaque occasion d’aller voir au fond de moi là ou ça faisait mal, ce que cela déclenchait et comment je pouvait AGIR intérieurement et changer les choses, non plus en dehors, mais en dedans.

    En faisant cette simple pratique, ma vie a totalement changée et j’ai pu valider par l’expérience que l’univers était intelligent, que rien, jamais rien, ne s’était produit par hasard, ce qui m’a aussi permit de pardonner à tous “ces personnages” et histoires de mon film de vie individuel. Et plus important encore, cela m’a permis de pardonner à “La Source de Tout ce qui est”. Je me suis remis à aimer Dieu que j’avais banni de mon cœur.

    J’ai découvert l’intelligence extraordinaire qu’est LA VIE, Dieu, la Conscience, peu importe le nom… à l’époque ou je vous parle de cela j’étais évidement encore dans la dualité. J’ai vécu à partir de là le véritable pardon, non pas celui du mental, mais celui du cœur. De pardon, c’est devenu GRATITUDE, et au final, tout est parfait il n’y a rien à pardonner, juste de la gratitude. Et cet œil intérieur du cœur qui s’ouvrait de plus en plus

     

    Mes soucis ne se sont pas arrêtés pour autant immédiatement, mais enfin ils évoluaient, ils n’avaient plus la même intensité émotionnelle et ils devenaient de plus en plus subtils, comme de nouveaux miroirs pour aller plus dans les détails intérieurs, à chaque fois cela devenait de plus en plus fin, les mécanismes, de plus en plus visibles, l’inconscient devenait de plus en plus conscient. Je n’étais plus en stagnation et répétition à l’identique mais en exploration subtile. Et le monde extérieur s’adaptait à chaque fois que je débloquais des choses profondément enfouies en moi, le monde commencer à se refléter différemment, le monde changeait. Car je changeais...

    Par la suite, ayant eu les expériences directes et ainsi une absolue confirmation de l’intelligence suprême qui gouverne l’univers, je suis tombé amoureux de cette Intelligence Supérieure. Oui j’étais toujours en dualité, mais je me rapprochais de cette Source Infiniment Intelligente, je communiquais avec Elle, je la priais, lui demandais conseil, et lui demandais de me fondre en Elle.

    Ceci m’a emmenée en 2017 à l’Union et la sortie de la dualité. Du moins à une première expérience de fusion, non définitive alors, mais une certitude absolue cependant que le processus était engagé et que rien ne pourrait l’arrêter. Je faisais comme on dit, des allers retours entre dualité et Unité, mais “la piste d’atterrissage” était dès lors balisée. Je ne pouvais plus me perdre.

    Le reste, c’est à vous de le découvrir.  Quel le voyage intérieur commence et que toutes vos souffrances disparaissent. Prenez le temps, savourez chaque moment de ce voyage. Ce n’est pas une course. Mais soyez assuré que votre réussite est dors et déjà garantie si vous tournez votre regard vers l’intérieur. Car toutes les réponses sont en vous.

    Namasté

    Par Laurent Freeman

     

     



     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Beaucoup de personnes sur le chemin parlent de "l'illusion du monde, ou de la Maya", et parfois même se conduisent avec une profonde indifférence à ce qui les entourent...Pourtant les êtres "éveillés" expriment toujours un profonde compassion pour  toute personnes...Alors comment comprendre ce "concept" de la maya (illusion du monde) ???  Je sens de te partager ce petit texte, retrouvé dans mes archives (je n'ai donc plus le lien, désolée!!)

    Ce que l’on appelle "Maya" c’est l’illusion des limites, cette illusion qui nous fait percevoir la multiplicité là où, fondamentalement, il n’y a que l’unité.

    « Les vagues sur l’océan, sont-elles autre chose que de l’eau ? »

    À travers cette simple question, Saraha (maître Bouddhiste), veut nous dire que toutes les expressions qui constituent l’univers, que ce soit notre esprit, notre corps ou tout ce que nous pouvons percevoir n’est rien d’autre que cette réalité fondamentale que l’on appelle parfois « Dieu » parfois « l’Être » ou encore de bien d’autres façons. De la même manière que notre œil ne peut pas se voir lui-même car il est notre instrument de vision, cette réalité fondamentale est au-delà de notre champ de perception car c’est « Elle » qui regarde à travers nous ; « Elle » est notre essence la plus subtile.

    Les vagues sur l’océan peuvent prendre des formes innombrables mais elles ne sont toujours que de l’eau. Dans cette optique l’eau est une réalité plus fondamentale que la vague.

    H2O qui la formule chimique de l’eau peut prendre aussi plusieurs formes (glace, eau). Donc H2O est une réalité plus fondamentale que l’eau. Cette approche donne une idée de ce dont il s’agit.

    Mais l’idée que le monde est une illusion peut se révéler dangereuse, elle peut amener certaines personnes à se détourner complètement de la vie matérielle jusqu’à empêcher toute évolution. Il ne faut pas oublier que l’illusion du monde ne se révèle que dans le regard des êtres réalisés spirituellement. A chacun donc de vivre avec sa propre vision et d’utiliser les moyens qui lui sont donnés pour élargir celle-ci.

    La physique des particules, pour certains, fait du réel une pure illusion ; la convergence avec le bouddhisme est saisissante. Pour défendre le concret contre une telle dissolution, il importe d’en comprendre la positivité, de le considérer comme une œuvre, comme l’invention de l’entreprise de la diversité (cosmique, humaine). Si le spectacle du monde est digne de notre émerveillement, inversement, les coulisses de son fonctionnement invisible et la vocation originelle des particules à engendrer la diversité ne le sont pas moins. Quelques règles du jeu fondamentales et l’aléa suffisent pour produire le prodige.

     

    Maya ou l'illusion...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Lors du dernier stage avec Janick, pendant la pause, des copines partageaient que dire "merci" c'est ringard, inutile, dépassé... Pourtant ce mot m'a toujours "nourrit" et parfois je le chante dans ma tête... Je remercie beaucoup la nature, mon jardin, les arbres, les gens que je croise, la Vie tout simplement... Comme par hasard j'ai vu cette vidéo de Mooji, cette semaine... Je te la partage, et si tu prends le temps de l'écouter, je te dirais un grand MERCI

    (Pour rappel : active les sous-titres en cliquant sur le 1er carré blanc, et en choisissant le français)

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique