• Un être éveillé ...

    Un être éveillé ressemble à tout le monde...

    L'être éveillé n'est pas forcément un ermite vêtu d'un pagne en méditation au pied d'un arbre... Il peut avoir l'apparence d'un être très ordinaire, une femme, un homme que vous croisez tous les jours sans le voir. Quelqu'un qui semble être pris dans le même flot continuel de la vie.

    L'attachement aux apparences est source d'erreur...


    L'éveil est un secret qu'il ne sert à rien de révéler à ceux qui ne peuvent pas l'entendre. De plus l'éveil est difficilement descriptible avec des mots. Il est vrai que lorsque soudain le regard s'ouvre sur le monde, la vie, l'autre, on subit à peu près la même décharge émotionnelle que si on venait de découvrir le don d'immortalité. Et en vérité, c'est exactement ce que l'on vient de découvrir. On entend les autres énoncer des banalités, des idées toutes faites : "ah, la vie est dure!", "les temps sont durs", "les gens sont fous !", etc.

     

    Et on ne peut s'empêcher de rire intérieurement, de glousser de contentement même.

    Non pas parce qu'on se moque de la personne, envers laquelle au contraire on éprouve une grande compassion et même une compréhension qui nous dépasse, mais parce qu'on sait secrètement que la vérité est beaucoup plus grande, beaucoup plus réjouissante que ce monde d'illusion voudrait bien le faire croire.


    Moi aussi, il fut un temps, je croyais que l'éveil était l'apanage de grands mystiques, d'ascètes hors du commun des mortels. La vie m'a prouvé que n'importe qui, n'importe lequel d'entre nous, pouvait à tout moment être désigné pour faire partie du grand voyage vers l'Eveil.


    Il n'y a rien de glorieux d'ailleurs à vivre l'éveil. Pas de quoi se vanter, ou se sentir supérieur et au-dessus des foules. Non, car le principe même d'éveil est l'antithèse absolue de tout sentiment individuel d'égocentrisme. En vivant l'éveil on découvre que non seulement on a aucun mérite à s'éveiller, qu'il s'agit d'une décision purement divine, indépendante de son petit moi, mais qu'en plus on est en rien séparé ou comparable à quiconque. Et là on découvre alors une certaine solitude au sein de cette unité.

    Tout est UN

    Combien de fois ai-je entendu ou lu cette petite phrase dans les milieux spirituels du nouvel âge. Pourtant, cette petite phrase si simple qui ne comporte que trois mots simples, semble hors d'accès à un grand nombre d'être humain. La preuve en est le déchirement continuel, la dualité inhérente à tout ce qui se trame dans ce monde de la guerre entre nations à des guerre entre proches d'une même famille en passant par la guerre intérieure entre des parts de soi qui ne parviennent pas à cohabiter (et je ne parle pas là seulement des schizophrènes)...


    Mais Tout est Un signifie bien que tout est un.


    Tout ce que tu perçois ou ne perçois pas vient d'une seule et même source, est une seule et même essence prenant des formes variées et infinies à l'image de la source en question elle-même infinie. Dieu (qui est le nom le plus court pour désigner l'indésignable) est autant Celui qui regarde que Ce qui est regardé.


    Sauf qu'étant donné que l'œil ne peut se voir lui-même, Dieu ne peut se contempler, ne peut observer qui Il est car l'état d'Etre se vit ne s'observe pas. L'objet regardé est donc un reflet de Lui qui est bien à son image mais qui ne reste qu'une possibilité parmi une infinité de probabilités! Chaque corps vivant contient une conscience.


    Ce qui distingue l'être éveillé d'un autre non-éveillé (et il n'y a aucune dualité déguisée là-dedans) c'est qu'il a conscience de ce qu'il est, c'est à dire qu'il ne peut regarder sa vérité à travers ce corps ou son mental, mais il ne peut se connaitre qu'en revenant à son état initial. Ce qu'il est au-delà de tout l'aspect éphémère de sa personne. Tout ce qui est voué à disparaitre est un reflet. Tout ce qui est hors de l'espace est du temps, est Celui qui est reflété, c'est à dire, l'Etre absolu, la Source de toute chose...


    Voila donc que lorsqu'on s'éveille on réalise que tout passe, la douleur comme le plaisir, et que donc il est inutile de s'y attarder ou de s'y attacher. La vie en général devient beaucoup plus légère. Non pas parce que l'on n'y attache plus d'importance mais parce qu'on la vit pleinement sans rester bloquer et limité dans un domaine particulier. C'est ce que l'on appelle la libération...

     

     

    Source : http://leveildenout.canalblog.com/

     

     

     

    fusion.jpg

    « N'abandonne jamaisLe véritable Christ »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    2
    Mercredi 12 Octobre 2011 à 13:03

    C'est si facile d'Etre :)

    1
    Jeudi 29 Septembre 2011 à 16:36
    merci pour ce cadeau, mon coeur le reçoit... Je NOUS aime
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :