• Dernièrement j'avais ma soeur au téléphone, et pendant la conversation, elle m'a répété de nombreuse fois "oui, mais c'est la crise !!"... Aussi , si toi aussi la crise te stresse, je te propose cette histoire :



    Le vendeur de hot-dog

    Un homme vivait sur le bord de la route et vendait des "hot-dogs".
    Il était sourd et par conséquent, n'avait pas de radio.
    Sa vue étant défectueuse, il ne lisait aucun journal.
    Mais il vendait de bons "hot-dogs".

    Il installa sur la route des panneaux-réclame indiquant combien ils étaient bons.
    Il se tenait au bord de la route et criait :
    "Monsieur, achetez un hot-dog", et les passants en achetaient.

    Il augmenta ses commandes de pains et de saucisses et se procura un meilleur réchaud pour satisfaire aux exigences de son commerce. Pour l'aider, il rappela son fils du collège.

    Alors, quelque chose se produisit.
    Son fils lui dit : "Papa, n'as-tu pas écouté la radio ? Ne lis-tu pas les journaux ? Une grande dépression s'annonce. La situation internationale est bouleversée et la situation domestique est pire encore."

    Sur ce, le père pensa :
    "Bien, mon fils a fréquenté le collège, il écoute la radio et lit les journaux, par conséquent il doit savoir."
    Alors le père diminua ses commandes de pains et de saucisses, enleva ses panneaux-réclame et cessa de se tenir sur le bord de la route pour vendre ses "hot-dogs".
    Aussi, les ventes de "hot-dogs" baissèrent presque en un clin d'oeil.

    "Tu avais raison", dit le père à son fils.
    "Nous sommes vraiment en pleine période de grande dépression !"

    Et vous ? vous laissez-vous influencer par les "plus instruits" ou écoutez-vous votre ressenti ?


    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  •  

    A toi mon frère de la terre et de l´espace,

     

    Tu cherches l'Amour, comme on te l'a enseigné, dans les yeux de l´autre

    Tu le regardes comme dans un miroir

    Tu ne vois rien

    Tu grattes la terre de la planète

    Tu vides les rivières de leurs ors,

    Tes yeux apeurés cherchent la lumière

    Tu te cognes sans cesse aux murs illusoires de tes pensées

    Tu fais ta prière en implorant le ciel

    Tu te mets à genoux pour embrasser le sol et manger sa poussière

    Et désespéré tu pleures et ton âme perle sur ton visage

    Tu cherches l´Amour

    Tu te regardes encore et encore

     

    Tu cours après quoi mon frère aimé

    Mais arrête-toi,

    Tu es arrivé !

    Sens comme c´est bon la chaleur de l´Amour,

    Laisse-toi porter par le chant des oiseaux,

    Laisse-toi aller dans la senteur de la fleur,

    Caresse la douce laine de l´agneau,

    Laisser couler le nectar des abeilles,

    Et tous tes sens en éveillent

     

    L´Amour t´éveille

     

    Tu es sens !

    (écrit par Raymonde Guenen, Amie du "cours en miracles"...)



    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • En ce dimanche de fêtes des mères, pas de vidéo !! Je te propose à la place un texte qui m'a émue :

    Une belle histoire racontée par une maman :

    En marchant sur le trottoir, un étranger me bouscule en passant près de moi !
    "Oh excusez-moi " lui dis-je !
    Il me répond : "Je vous demande pardon aussi, je ne vous avais pas vu !
    Nous étions vraiment polis l'étranger et moi.
    Nous avions échangé de belles paroles, et nous avons repris
    notre chemin en se laissant sur un" Au revoir ! "


    Une fois à la maison...
    Une histoire différente se passa.
    Comment traitons-nous les amours de notre vie...
    les jeunes et les plus âgés ? Y avez-vous pensé ?

    Plus tard dans l'après-midi, tout en préparant le souper,
    mon fils arriva derrière moi et resta figé là, sans un mot.
    En me retournant brusquement, je l'ai fait tomber.
    "Pousse-toi de là, " Lui dis-je avec colère,

    "toujours dans mes jambes" !
    Il se retourna et s'en alla le coeur brisé.
    Je n'avais pas réalisé la peine que je venais de lui faire.

    Vers la fin de la soirée, j'allai me coucher et…Et Dieu de sa douce voix.... me dit :
    "Pourquoi est-ce si facile d'être plein de gentillesse envers les étrangers et ne pas être capable de le faire pour les gens près de toi qui t'aiment et que tu aimes ? "
    Lève-toi et vas voir sur le plancher de la cuisine.
    Tu y trouveras un joli bouquet de fleurs près de la porte d'entrée…

    ce sont les fleurs que ton fils t'avait apportées dans la journée.
    Il a cueilli lui-même ces fleurs pour toi :
    Il y en a de couleur rose, jaune et bleue.
    Ce que tu n’as point compris,
    c’est qu’il était arrivé derrière toi sans bruit pour ne pas dévoiler
    la surprise qu'il voulait te faire.
    Mais tu n'as jamais vu les larmes couler de ses yeux quand tu lui as dit de partir. "

    Je me levai pour aller voir près de la porte d'entrée et vis le joli
    bouquet de fleurs par terre.
    C'est à ce moment, que je commençai à me sentir vraiment mal,
    alors mes yeux se remplirent de larmes...
    Sans faire de bruit,
    je me rendis près du lit de mon fils et lui dis :
    "Réveille-toi trésor, réveille-toi ! " .
    "Est-ce les fleurs que tu as cueillies pour moi aujourd'hui ?"
    Il sourit et me répondit :

    " J’ai trouvé ces fleurs près d'un arbre et je les ai cueillies
    car je trouvais qu’elles étaient belles….

    comme toi maman ! Je savais que tu les aimerais,
    spécialement les bleues car je sais que tu aimes le bleu."

    Je lui dis : " Mon fils, je suis vraiment désolée de la façon
    dont j'ai agi avec toi aujourd'hui".
    Je n'aurais jamais dû crier après toi comme je l'ai fait".
    Il me répondit : " Oh, Maman, c'est ok.
    Je t'aime quand même tu sais !"

    " Mon fils, je t'aime aussi et j'adore tes fleurs et spécialement les bleues".
    Un grand moment de tendresse nous unit alors.
    J'ai appris ce jour là, à faire attention à mes proches autant
    et sinon plus qu'aux étrangers.

    Source inconnue mais très belle.

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique