• Ci dessous je te propose une histoire comme je les aime !!

    C'est l'histoire d'un jeune homme qui eut une enfance très difficile. Enfant, il était le mal-aimé, le mal compris. Il était le souffre douleur de tous ceux qui l'entouraient et il ne disait rien ; il était cependant triste. Mais dans son âme, dans son cœur, il n'y avait pas de révolte. Il y avait une acceptation parfois passive, mais une acceptation du cœur.

     

    L'enfant grandit et devint un jeune homme. Mais ce jeune homme subissait toujours les moqueries de ceux qui l'entouraient, parce qu'il avait pris l'habitude de dire : « je marche toujours dans la Paix, dans la Lumière et dans l'Amour du Christ. »

     

     Alors autour de lui, ses amis et ceux qui l'entouraient se moquaient de lui et disaient : « il est simplet, on lui fait des misères, et à la limite cela ne le touche pas. A tout ce qu'on lui fait, il répond : je marche toujours dans la Lumière, dans l'Amour, dans la Joie et dans la Paix du Christ ! Un jour ce jeune homme subit comme une illumination. A force de dire à chaque instant qu'il marchait dans la Lumière, dans la Paix, dans la Joie et dans l'Amour du Christ, il commença à vivre ces états. Mais il gênait. Au début, il gênait son entourage car quoiqu'il puisse lui arriver, il était toujours serein, il était toujours heureux, tous les problèmes passaient au-dessus de lui sans l'atteindre vraiment.

     

    Au bout de plusieurs années, ceux qui l'entouraient se rendirent compte d'un réel changement. Ils commencèrent à lui poser la question : « Mais comment peux-tu vivre dans la Paix, dans la Joie, dans la Lumière et dans l'Amour du Christ, alors que nous, nous sommes tellement malheureux, que nous ne pouvons pas comprendre la vie qui nous bouscule, que nous avons des expérimentations difficiles (à ce moment-là ils disaient des épreuves). Tu as cependant des épreuves difficiles. Comment fais-tu pour qu'elles ne t'atteignent pas ? »

     

    Et le jeune homme répondit : « cela ne m'atteint pas car mon âme est en paix. Lorsque l'âme est en paix, rien ne peut nous atteindre. Je demande en permanence à l'Energie Christique de m'accompagner tout au long de ma vie, tout le long de ma route, et cette demande est toujours exaucée. » Alors ceux qui l'entouraient commencèrent à dire la même chose que lui, parce qu'en fait ils trouvaient que c'était assez extraordinaire, en se répétant une phrase en permanence, de voir à quel point celle-ci pouvait transformer leur vie.

     

    Petit à petit ce jeune homme fit un travail extraordinaire autour de lui et en lui. Ce jeune homme était un sage qui avait compris que la seule Connaissance, que la seule Sagesse, c'était l'Amour. Cependant il ne parlait pas d'Amour, il ne disait pas qu'il aimait tous ses frères, y compris ceux qui lui avaient fait subir beaucoup de sévices, beaucoup de vexations, même ceux qui ne l'avaient pas compris et qui l'avaient pris pour un simplet. Il y avait tellement d'Amour en lui qu'il n'avait pu donner lorsqu'il était enfant ! Il avait tellement de réserves à donner que pendant tout le courant de sa vie de jeune homme et plus tard dans sa vie d'homme adulte, il les donna sans rien dire.

     

    Plus il donnait, plus il recevait, puisqu'il disait à chaque seconde (qu'il avait de libre dans son esprit) que c'était l'Amour, la Paix, la Joie et la Lumière du Christ qui l'accompagnaient, qui nourrissaient sa vie, qui nourrissaient son âme, qui nourrissaient son cœur. En fait, il rayonnait en permanence cette Lumière, cette Paix, cette Joie et cet Amour.

     


    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  • (Si les mots : Seigneur et Dieu vous dérangent, remplacez-les par ce qui vous convient)

     

    Je suis allé à la clinique du Seigneur pour des contrôles de routine.

     

     


     

    Et……j’ai constaté que j’étais malade !!

     

    Ø Quand le Seigneur a mesuré ma tension, j’ai vu que « ma tendresse » était « basse »
    Ø A la vérification de la température, le thermomètre a enregistré « 40° d’anxiété »

     


    Ø J’ai passé un électrocardiogramme : le diagnostic fut que j’avais besoin de diverses « transfusions d’amour », car mes artères étaient bouchées par « la solitude » et n’irriguaient plus mon cœur vide.

     


     

    Ø Je suis allée en orthopédie, étant donné que » je ne pouvais plus marcher » à côté de mon frère et ne pouvais pas lui donner une accolade fraternelle, parce que je m’étais fait « une fracture en trébuchant sur la jalousie ».

     


     

    Ø On a relevé aussi « une myopie » due au fait que je ne pouvais « pas voir au-delà des choses négatives » de mon prochain.

     

     


     

    Ø Quand j’ai dit que « j’étais sourd », le Seigneur a constaté que j’avais négligé « d’écouter » quotidiennement sa Voix.

    Dans sa grande miséricorde, le Seigneur m’a offert la consultation.

     

    Aussi, je m’engage, en quittant cette clinique,
    à ne plus prendre que les remèdes naturels qu’il m’a prescrits à l’occasion de cette heure de vérité. A savoir :


     

    Ø Au saut du lit, boire un verre de « reconnaissance »
    Ø Avant d’aller au travail, prendre une cuillerée « de paix »
    Ø Chaque heure, appliquer une compresse « de patience » et avaler « un bol d’humilité »
    Ø De retour à la maison, faire une injection « d’une dose d’amour »
    Ø Avant d’aller au lit, prendre deux capsules « de conscience pacifiée »

     

    Ø Ne déprime pas ni te disperse avant même de vivre ce jour.
    Ø Dieu sait comment tu te sens
    Ø Dieu sait parfaitement ce qui va se succéder dans ta vie, justement en ce moment
    Ø Le dessein de Dieu sur toi est merveilleusement parfait
    Ø Il désire te montrer beaucoup de choses que tu comprendras seulement quand tu accepteras d’être à la place « où tu te trouves actuellement »
    Ø Et dans la situation qui est la tienne « ici et maintenant »

    Que Dieu te bénisse à jamais.

     


     

     

     

    Auteur Inconnu

    Partager via Gmail Yahoo!

    16 commentaires
  • Ci dessous un texte comme je les aime :

                                        Le jour ou je me suis aimé(e)

     

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer.

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi.

       

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle, n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité.

     

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité.

       

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Respect.

     

     

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre.

     

     

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grand plans, j’ai abandonné les mégaprojets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plait et à mon rythme.

    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité.

     

     

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

    Aujourd’hui, j’ai découvert l’Humilité.

       

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.

    Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle Plénitude.

       

    Le jour où je me suis aimé(e) pour vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir, mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient un allié très précieux.

    Tout ceci est Savoir vivre !

       

    Auteur inconnu



    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique