• Ci dessous, je te propose 20 conseils du Dalaï-lama. Un homme que j'aime et je respecte profondement. Comme beaucoup d'entre-nous ... Puissent ces quelques conseils éclairer ta route...Je Nous Aime

     

    1. Tenez compte du fait que le grand amour et les grandes réussites impliquent de grands risques.

    2. Lorsque vous perdez, ne perdez pas la leçon
    .

    3. Suivez les trois R : Respect de soi-même,
    Respect des autres, Responsabilité de tous vos actes.

    4. Souvenez-vous que ne pas obtenir ce que
    vous voulez est parfois un merveilleux coup de chance.


    5. Apprenez les règles pour savoir comment les transgresser correctement.

    6. Ne laissez pas une petite dispute meurtrir une grande amitié.

    7. Lorsque vous réalisez que vous avez commis une erreur, prenez immédiatement des mesures pour la corriger.


    8. Passez un peu de temps seul chaque jour.

    9. Ouvrez vos bras au changement, mais ne laissez pas s'envoler vos valeurs.

    10. Rappelez vous que le silence est parfois la meilleure des réponses.

    11. Vivez votre vie d'une façon bonne et honorable. Ainsi, lorsque vous vieillirez et que
    vous regarderez en arrière, vous en profiterez une deuxième fois.

    12. Un foyer aimant est la fondation de votre vie.


    13. Dans les désaccords que vous avez avec ceux que vous aimez, ne vous occupez que de
    la situation actuelle. Ne réveillez pas le passé.

    14. Partagez votre savoir. C'est une manière
    d'atteindre l'immortalité.


    15. Soyez tendre avec la terre.

    16. Une fois par an, allez quelque part où vous n'êtes jamais allé auparavant.

    17. Souvenez-vous que la meilleure des relations est celle dans laquelle l'amour que
    chacun porte à l'autre dépasse le besoin que vous avez de l'autre.

    18. Jugez vos succès d'après ce que vous avez dû sacrifier pour les obtenir.

    19. Approchez l'amour et la cuisine avec un
    abandon insouciant.

    20. Riez au moins 1 minute par jour.
     

     

      Dalai-Lama-Nantes

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  •  

    Introduction.
    Ce qui suit représente des pratiques simples mais puissantes qui peuvent
    vous offrir de nouvelles manières de considérer les circonstances de votre
    vie et, par cela, de créer de nouvelles possibilités de réalisation de soi.
      1. Inverser les jugements
    Remarquez dans la pratique lorsque vous jugez ou critiquez quelqu'un ou quelque chose.
    Par exemple, au rayon de l'épicerie, vous êtes impatient et pensez que la personne devant vous est mal organisée et impolie. 
     
    Rapidement, renversez votre jugement et demandez-vous : - Est-ce que cela est vrai aussi pour moi ? - Suis-je impoli ? - Suis-je parfois impoli ? Envers les autres ou envers moi-même ?) - Suis-je impoli en moi-même lorsque je pense que les autres sont impolis ?  Cet exercice amène votre attention en dehors de l'autre et place votre attention sur vous-même. Le pardon en résulte naturellement.
     Placer la responsabilité ou le jugement sur quelqu'un d'autre vous ôte tout pouvoir de changer votre expérience.
     Accepter la responsabilité de vos croyances et de vos jugements vous accorde  le pouvoir de les changer. 
     Souvenez-vous, au-delà de l'apparence de celui que vous regardez, il s'agit toujours de Dieu qui est camouflé, debout devant vous, pour que vous puissiez vous connaître. Renverser ses jugements permet le pardon total. Le pardon mène à la conscience de soi et rétablit l'intégrité personnelle.
     
    2.  Les trois formes d'affaires
    Remarquez, lorsque vous blessez, que vous êtes intellectuellement en dehors de vos affaires. Si vous n'êtes pas certains, arrêtez-vous et demandez-vous : «Intellectuellement, dans quelle affaire est-ce que je me trouve ?».
     
    Il existe trois sortes d'affaires dans l'univers : les miennes, les vôtres et celles de Dieu. - De quelles affaires s'agit-il lorsqu'un tremblement de terre se produit ? Celles de Dieu. - De quelles affaires s'agit-il si le voisin d'en bas de la rue a une vilaine pelouse? Celles de votre voisin. - De quelles affaires s'agit-il si vous êtes en colère contre votre voisin d'en bas de la rue parce qu'il a une vilaine pelouse ? Vos affaires.   La vie est simple, c'est à l'intérieur.
     
    Comptez, dans des intervalles de cinq minutes, combien de fois vous vous mêlez mentalement des affaires d'autrui. Notez lorsque vous donnez un conseil non demandé ou offrez une opinion sur quelque chose (à haute voix ou silencieusement).  Demandez-vous : - Est-ce que je me mêle de ses affaires ? - M'a-t-il demandé mon conseil ?   Et, le plus important : - Puis-je prendre le conseil que j'offre et l'appliquer dans ma vie ?

    3. Etre dans les affaires de personne

    Après avoir travaillé sur la pratique de demeurer en dehors des affaires des autres, essayez de demeurer aussi en dehors de vos propres affaires.
    Considérez sans gravité tout ce que vous croyez savoir sur vous-même.
    «Je suis contenu et limité dans ce corps physique».
    - Est-ce vrai ? - Puisque savoir absolument que cela est vrai ? - Qu'est-ce que j'obtiens en maintenant cette croyance? - Il y a une croyance répandue que nous sommes notre corps et que nous mourrons. Qui serais-je sans cette croyance ?

    4. Se détacher de son corps, de son histoire
    Essayez de parler de vous-même, durant un moment, à la troisième personne plutôt que je ou moi.  
     Au lieu de dire «Je vais déjeuner», dites «Elle/il va déjeuner» (en se référant à vous-même) ou «Celle-ci/celui-ci va déjeuner».   Faites-cela avec un ami durant une heure, l'après-midi ou la journée entière. Eliminez l'utilisation de tous les pronoms personnels (je, moi, nous).   Par exemple : - Comment va celui-ci (ou celui-là) aujourd'hui ? - Veut-il aller au parc ?  Faites l'expérience du corps de manière impersonnelle, ainsi que des histoires et des préférences que vous croyez incarner.
     
    5. Parler au présent
    Devenez conscient de la fréquence de vos conversations centrées sur le passé ou le futur. Soyez conscient des verbes que vous utilisé : était, faisait, fera, va faire etc. Parler du passé dans le présent, c'est le ré-éveiller et le recréer complètement dans le présent, pas seulement dans nos esprits, ce qui nous éloigne à ce que le présent représente pour nous en ce moment.
     
    Parler du futur, c'est créer et vivre avec un fantasme. Si vous voulez faire l'expérience de la peur, pensez au futur. Si vous voulez faire l'expérience de la honte et de la culpabilité, pensez au passé.
    ..............................

                                  

    Passionnant n'est-ce pas ?? Tu peux trouver l'ensemble de cette méthode
    mise au point par Katie Byron sur son site

    Byron Katie naît en 1942. En 1986, elle découvre que sa souffrance est causée par ses propres pensées. A cette époque, elle vivait complètement isolée, traversant une période de dépression profonde. Plutôt que de les chasser ou de les fuir, elle part à leur rencontre, elle les décortique, elle leur fait face et les investigue une à une jusqu'à les démanteler. La transformation de Byron Katie est stupéfiante. Elle qui ne sortait plus de son lit, qui était rejetée de tous à cause de son comportement insupportable, renaît, revit, et commence à transmettre son expérience.

    Sa méthode d'investigation des pensées, appelée "The Work" se résume en quatre questions :
    1) Est-ce vrai ?
    2) Pouvez-vous absolument savoir que c'est vrai ?
    3) Que ressentez-vous, comment réagissez-vous lorsque vous avez cette pensée ?
    4) Qui seriez-vous sans cette pensée ?
    Le travail s'achève par un retournement de la pensée vers son opposé.

    Ce travail produit des effets très réels sur de plus en plus de personnes...Pour preuves, les nombreuses vidéos traduites en français qui sont disponibles sur youtube...Personnellement, après avoir bien écouter quelques unes de ces vidéos, il y a déjà un nettoyage qui s’effectue en moi..

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Dites-leurs qu’ils sont bien plus que des hommes…

     Dites-leurs qu’ils ne sont pas leurs colères, leurs jugements ou ces déchirements qui les divisent.

    Dites-leurs qu’on ne peut rien leur enlever car leurs âmes sont immortelles et qu’ils sont les dignes fils de la Vie.

    Dites-leurs qu’ils sont bien plus que leurs expériences.

    Dites-leurs qu’ils portent en eux des vestiges du conditionnement social mais que leurs véritables natures résident bien au-delà. 

     

    Dites-leurs de ne pas s’arrêter aux apparences d’un monde qui appuie les contradictions et le feu de la séparation.

    Dites-leurs de ne pas perdre leurs vie à vouloir absolument la gagner.

    Dites-leurs qu’ils ne sont pas ce qu’ils font ou défont. Car ce qu’ils font ou défont ne sont que l’écho d’une nature bien plus profonde. 

    Dites-leurs de se désidentifier de leurs colères et de leurs jugements.

     

    Dites-leurs qu’ils sont des lumières pour éclairer les ténèbres. 

    Mais dites-leurs également qu’ils sont leurs propres ténèbres et leurs propres lumières.

    Dites-leurs que la vie est une danse.

    Dites-leurs de danser leurs vies et d’arrêter de la penser.

     

    Source:  Alain

     

    Dites-leurs

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique