• Aujourd'hui, je te propose un exercice de Mooji, très simple,et qui peux te permettre de toucher l'Être. C'est un exercice que je faisais depuis longtemps déjà en solitaire, mais je n'étais pas vraiment présente.

     

    Comme je te l'ai expliqué dans mes précédents articles, j'ai rejoins une association (Kerzen), où je fais du yoga et de la pratique méditative. Dans les exercices, il y a de la « marche méditative ». Il faut marcher très lentement, centré dans le Hara (bas-ventre),les mains sur le plexus solaire, uniquement présent au ressenti corporel. Vivre vraiment un pas après l'autre, sans pensées, analyses, désirs, etc..

    Il y a environ 15 jours, lors d'une marche méditative dans le dojo, j'ai vécu une expérience très forte. En marchant, l'esprit vide, j'ai d'abord vu Mooji entrain de marcher, puis je me suis vu les mains en « Namasté » et après... « Je » n'était plus là ! Il n'y avait plus qu'une grande ouverture, illimitée, c'était beau, lumineux. Difficile de mettre des mots sur du vécu « sans formes »!Depuis mon cœur est plein de gratitude.

     

    Maintenant à chaque marche méditative, je saurais me « poser » davantage, de plus en plus libre mentalement, en laissant le corps faire se qu'il sait faire, sans l'intervention d'un moi. Bien sûr, il faudra faire taire mon égo qui veut revivre la même expérience (lol). Mais je sais dans le cœur que chaque expérience est différente. Et surtout, chaque fois que « Je » disparaît, le mental vacille et perd ses croyances/conditionnements. Bien plus, la confiance dans la Vie, dans l'Être que nous sommes, ainsi que dans le vécu, sont bien plus puissants que le savoir et les blablas... Donc voilà, je t'invite vraiment à faire cet exercice, mais surtout soi sans aucune attente.

    Bonne marche méditative

     

    Rappel : Pour les sous-titres en français clique sur le petit carré blanc, en bas de la vidéo...

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Aujourd'hui, je te propose une petite vidéo pour "libérer ton cœur", j'adore...

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Depuis la rentrée de septembre, j'ai le bonheur d'avoir rejoins un groupe ayant presque la même démarche...A  quelques kilomètres de chez moi, je fais du yoga et de la pratique méditative, dans le centre "Kerzen", avec la seule prof de toute la Bretagne qui a une démarche plus approfondie que dans les cours "classiques" de Yoga... Bref, encore un méga cadeau de la Vie..

    Cette démarche est dans la lignée de   K.G Dürckheim  (1896-1988) , celui qu'on appelle "le vieux sage de la Forêt- Noire.. Pour te donner un aperçu de ce travail, je te propose un texte sur  la méditation..Ce texte a été écrit  par Jacques Castermane, l'homme qui continue l'enseignement de Dûrckheim..

     

    La méditation de pleine attention, l’exercice de l’absolue présence, n’est pas une méthode pour atteindre un objectif. La méditation dite de pleine conscience diffère totalement de la méditation qui, pendant plus de vingt-cinq siècles, a irrigué les terres Orientales et Extrême-Orientales.


    L’homme du zen aborde la réalité d’une manière pré-scientifique ; peut être même anti-scientifique écrit D.T. Suzuki . Alors qu’en Occident, l’étude scientifique de la réalité consiste à l’envisager sous un angle « objectif » (en s’appuyant sur la conscience “de”, la pensée, la conceptualisation, l’analyse, le
    raisonnement), le maître zen invite ses disciples à considérer soigneusement leur vécu intérieur absolument  « subjectif ».


    Un exemple : L’expression « exercer la pleine conscience sur la respiration » invite la personne qui médite à un regard dualiste sur le réel : Moi, qui suis assis (n° 1) et quelque chose, la respiration (n° 2). Ce qui correspond à l’étude scientifique de la réalité qui consiste à l’envisager sous un angle objectif en fabriquant un point de vue dualiste qui oppose le sujet et l’objet.


    L’approche du zen est absolument différente. La personne qui pratique la méditation est invitée à porter attention à l’expérience « JeInspire » en ce moment, pour ce moment. « JeInspire », en un mot, sans intervalle entre le sujet et le verbe ; parce qu’il n’y a ni distance ni écart de temps entre ce que je nomme « Je » et ce que je nomme « Inspire ». La méthode zen nous invite à appréhender la réalité de l’intérieur, telle qu’elle est réellement.


    Combien de fois ai-je entendu KG Dückheim dire : « La respiration, ça n’existe pas ! Quelqu’un en ce
    moment respire. La marche, ça n’existe pas ; en ce moment quelqu’un marche ». La science propose des discours à propos de la respiration, des discours sur le corps disséqué, fragmenté, fractionné à partir d’un point de vue dualiste ; ces théories empêchent la connaissance expérimentale du « tout corps vivant dans son —unité — ; du corps que l’homme— est— .»


    L’expérience JeInspire, JeMarche, JeVois, JeEntends, … l’expérience JeSuis est ce que le zen désigne comme étant l’expérience de notre vraie nature ; de notre propre essence, dit Dürckheim.
    Méditer sans but … n’est pas sans effet. C’est lorsqu’il est saisi par l’expérience de sa vraie nature que l’être humain fait l’expérience de ces qualités d’être qui font de l’homme un être humain : le calme intérieur, la confiance, la paix intérieure.


    Et pas besoin de scanner... pour objectiver si vous êtes vraiment calme, serein en paix ; vous le sentez et vous le ressentez naturellement.


    L’amalgame entre le mot « conscience » et le mot « attention » est propre à de nombreux auteurs qui
    traitent aujourd’hui de la méditation, sans qu’ils se rendent compte des conséquences néfastes auxquelles peut conduire cette confusion. Nous savons tous qu’il peut arriver qu’un mot manque son objet. L’idéal serait que les mots « attention » et « conscience » engendrent une action identique en vue d’un but commun.


    Mais c’est loin d’être le cas. Discernement sans doute hors de portée des personnes qui n’ont pas une
    expérience suffisamment approfondie de cet exercice indissociablement corporel et spirituel ou qui pensent  pouvoir l’enseigner après seulement quelques week-ends de formation (!)

    Jacques Castermane

     

     

    Méditer...sans but !

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires