• Les pièges de l'égo

    Coucou,

    Cela fait un petit mois que je n'ai échangé... En fait, j'ai découvert les joies du "tricot". Quand je tricote, mon mental se tait, ou je fais des erreurs, c'est un peu comme de la méditation active !!! Du coup je suis moins présente sur le net.

    Pour me faire pardonner   happy  , je te propose un long texte de Yuri. Tellement long, que j'ai mis la totalité du texte sur mon compte "Partagora" (Yuri2.doc)... Donc si ce texte t'inspire, va sur Partagora, ou sur son site

     

    Voici les 22 réflexes de l’ego à surveiller pour vivre une vie en plénitude.

     

    La curiosité indomptable

    Si l’on veut pleinement être maître du corps et de l’esprit on devrait être capable d’abandonner une curiosité sans fin même si ça n’est pas agréable. L’ego est comme un cheval fougueux, tout en lui inspire un élan qui lui est propre. C’est un bagage de conditionnements automatiques que l’on porte en nous et qui lève un drapeau rouge chaque fois que la vie individuelle est menacée. Tout le monde connait la fameuse anecdote de l’homme qui sort de la douche et met le pied sur une corde en pensant que c’est un serpent. L’ego a sauvé l’homme de la mort 100 fois plutôt qu’une hier, mais aujourd’hui c’est un vieux réflexe qui s’est conditionné pour un Homme qui se croyait séparé de l’univers et de toute intelligence cosmique.

     

    Les dépendances indomptables

    Toutes les dépendances sont basées sur la tentative de l’ego d’atteindre la plénitude par la subrogation des sens à travers la consommation sans fin. Or ça ne marche jamais car pour tout high des sensations il y a une descente. C’est l’inconscience qui nous a permis de nous engager dans la dépendance parce que chaque descente a provoqué une réaction inverse du pendule vers un autre high encore plus puissant. Avec le temps les sens s’accoutument et on doit doubler d’effort pour se rendre en haut. La seule libération est d’en prendre conscience et de se préparer à vivre et accepter le don, c’est la seule porte de sortie.

     

    Le temps

    L’ego consacre la majeure partie de  son énergie à penser à “ce qui s’est passé qui n’aurait pas du se produire” et à “ce qui va se passer dans le futur“. Deux projections de pensées essentielles pour assurer que rien ne puisse venir détruire la vie de l’ego. Puisque le passé et le futur n’existent seulement sous forme de pensées, l’ego n’a pas d’ancrage dans le réel, le présent et la vie. En sommeil profond, l’ego et tous ses problèmes existentiels disparaissent en même temps que les pensées et la notion du temps. Mais attention, il ne peut pas penser et agir tout seul, c’est nous qui l’agitons à notre inssu car la vrai position de l’ego et de nous même est celle de la marionnettiste et du pantin. Tant que l’ego est surveillé il ne prend pas le commandement du navire.

     

    La valeur personnelle

    Ceci est un des traits les plus important de l’ego. Il voit tout comme un monde hostile dans laquelle il doit augmenter le plus sa valeur personnelle pour survivre et avoir des avantages dans la société. Quand il perd de sa valeur personnelle perçue, nous le sentons comme si notre vie était menacée. Dans le règne des Hommes des cavernes c’était principalement la peur de mourir qui supportait nos décisions, aujourd’hui c’est encore le cas pour l’ego bien que nous ne soyons pas prêts à l’admettre. L’ego veut être reconnu, provoquer l’envie, posséder du pouvoir, être “grand”. Un ego peut également se définir en d’autres termes qu’il juge être supérieur comme l’humilité et le don. Ça revient toujours à une question de “valoir” quelque chose de plus.

     

    Les réactions négatives

    Toutes les réactions négatives sont le fruit de l’ego. Chaque fois que vous êtes pris d’une réaction émotionnelle envahissante vous êtes témoin d’un conditionnement ancien qui visait notre survie. Après seulement quelques milliers d’années à se civiliser, les vieux conditionnements sont aussi démesurés qu’au premier jour où ils servaient à se sauver ou se battre. Se déconditionner prend du temps et de la discipline mais si on est patient, on finit par en voir le bout.

     

    Les jugements et critiques

    Le jugement et les critiques destructives une façon de grossir l’ego. Chaque fois que l’on juge quelqu’un, on se définit exactement à l’inverse. Le jugement est une habitude qui enferme celui qui s’en sert dans une conception limitée de lui même et du monde qui le met tôt ou tard en péril dans les changements de la vie. Il est alors soumis à sa propre médecine car il doit faire face à un bagage d’interdit qui l’emprisonnent psychologiquement et le retiennent d’agir librement.

     

    La comparaison

    ...............................

     

     

    « Les émotions fossilesJoyeuse fêtes »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    2
    Mardi 18 Juillet à 16:21

    Désolé, le site "Partagora " a supprimé tout...Mais par bonheur j'ai retrouvé la page complète sur le site de Yuri
    http://la-minute-de-conscience.com/presence/illumination-conscience/top-22-reflexes-de-lego-surveiller-pour-une-vie-de-plenitude/

    Bonne lecture et bonnes vacances

    Raksha

     

    1
    Jo
    Dimanche 4 Juin à 17:04

    Bonjour. Ni le site de Yuri, ni le doc à télécharger, ni votre article ne fournissent le texte en entier. Comment l'avoir svp ? Cordialement, Jo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :