• LE CHAGRIN EST UNE ÉMOTION NATURELLE

    C’est cette partie de nous qui nous permet de dire au-revoir alors que nous n’avons pas envie de dire au-revoir, d’exprimer, de pousser, de propulser, la tristesse intérieure ressentie lors d’une perte quelconque. Cela peut être la perte d’un être aimé ou la perte d’une lentille de contact.

    Quand on a la possibilité d’exprimer son chagrin, on s’en débarrasse. Les enfants qu’on laisse être tristes lorsqu’ils se sentent tristes (vous seriez surpris de savoir combien d’enfants se voient refuser cette permission) ont lorsqu’ils ont grandi une conception très saine de la tristesse et par conséquent traversent rapidement leurs moments de tristesse d’adultes.

    Les enfants à qui on dit: "C’est tout, ne pleure pas", (ou pire, à qui on demande: "Pourquoi tu pleures?" ou à qui on dit: "Ne pleure pas comme un bébé!") vont sans doute, et c’est compréhensible, éprouver beaucoup de difficultés à pleurer étant adultes. Après tout, on leur a dit toute leur vie de ne pas le faire. Donc ils répriment leur chagrin. Et ce n’est pas une bonne chose.

    Un chagrin continuellement réprimé peut se transformer en dépression chronique, émotion qui n’a strictement rien de naturel. Ce n’est pas la même chose que le chagrin. C’est du chagrin qui n’a pas été exprimé, qu’on retient. Ce qu’il y a avec le chagrin, c’est que nous voulons tous nous en débarrasser. Pourtant il est ironique de constater que le meilleur moyen de se débarrasser du chagrin, c’est de l’exprimer. C'est-à-dire d’avoir pleinement du chagrin. Et c’est ainsi qu’on s’en débarrasse en l’ayant, ce qui peut paraître paradoxal. Pourtant, c’est le meilleur moyen de mettre un terme au chagrin.

    Si parmi vos proches quelqu’un vit un chagrin en ce moment, le mieux que vous puissiez faire est de le lui laisser. N’essayez pas de "consoler". Permettez au chagrin de s’écouler. Encouragez-le. Parlez-en, n’essayez pas de parler d’autre chose. Pénétrez dans le chagrin ("Cela doit être très dur pour toi en ce moment", "C’est sûr que tu dois être démoli par cette histoire", etc.), n’essayez pas de tourner autour du pot ("Allez, ça va aller", "Il ne voudrait pas te voir si triste", etc.)

    Vraiment, je n’ai jamais compris les gens qui disent: "Ton mari, s’il était là, ne voudrait pas que tu pleures comme ça". Absurde. Si je meurs avant ma femme, j’ai envie qu’elle pleure.  Si je ne vaux même pas quelques gros sanglots, qu’est-ce que nous avons fait ici? Quand même, vraiment…

    Donc n’essayez pas de détourner les autres, ou vous-mêmes, de votre chagrin, quelle qu’en soit la raison. Ayez votre chagrin. Le chagrin nous fait grandir. En examinant avec soin ce qui nous chagrine le plus profondément, nous parvenons à une connaissance de nous-mêmes et de nos valeurs les plus profondes, ainsi que de l’expression que nous voulons leur donner. Le chagrin nous apprend à être humains, remplis de compassion et d’affection profonde. C’est aussi un merveilleux outil  de relâchement qui nous permet d’évacuer nos émotions négatives.

    Ressentez pleinement votre chagrin quand vous l’avez. N’essayez pas de le cacher et ne cherchez pas à le sublimer. Et quoi que vous fassiez, n’essayez pas de raccourcir le temps qu’il passe avec vous. Les gens qui vous disent: "tu as assez pleuré comme ça" pensent à leur propre bien-être, pas au vôtre. Vous avez "assez pleuré" quand vous cessez de pleurer. Et vous cesserez de pleurer d’autant plus vite que vous aurez bien pleuré.

    Avec amour,
    Neale Donald  Walsch

     

    Neale-Donald-Walsch-copy1

    « Découvre L'Eveil, »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    2
    Lundi 28 Novembre 2011 à 13:17

    Oui, heureusement le fait de pleurer est de plus en plus accepter par les gens... Bises.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Mercredi 26 Octobre 2011 à 11:23
    très beau texte en effet. J'ai élevé mes enfants dans le respect de ces règles et franchement, je les trouve merveilleusement équilibrés (c'est pas parce que ce sont mes petits, mais bon... rire)
    Dans mon rôle d'accompagnant, j'accueille toujours les larmes avec des mots d'amour et les accompagne.
    tendressse, bizavousdeux, je NOUS aime
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :