• Je ne vois que moi...

     

    «  Le véritable défi de la pratique spirituelle est de travailler avec chaque circonstance dans laquelle tu te trouves, quel que soit le déplaisir qu’elle semble t’infliger. »

     

    Nous vivons dans un monde que nous créons nous-même. Nous devons apprendre à accueillir tout ce qui est en nous et autour de nous. Cet accueil nous rend conscient de l’illusoire séparation imaginée par chacun de nous. Maintenant, l’ère du Verseau nous invite à faire l’expérience de groupe dans l’unité. Seul dans notre étroitesse d’esprit, nous sommes bien peu de choses. Ensemble notre énergie se multiplie, et nous travaillons à la transformation, à la guérison de l’humanité. Ce désir d’Unité nous demande des efforts bien compris, des efforts soutenus...

     

    « Où que tu ailles, c’est toi que tu retrouves »

    As-tu déjà remarqué qu’il est impossible d’oublier quoi que se soit, tant que ce n’est pas résolu ??Tôt ou tard, le « problème » refait surface, avec un acharnement particulier lorsqu’il s’agit d’une vieille habitude, d’une vieille peur ! Notre mental nous dit change de métier, change de ville, etc. Cette façon de penser vient de la croyance que tous nos  ennuis viennent de l’extérieur de nous-même, mais « illusion » !  Dans cette attitude, nous ignorons que l’on transporte ce que l’on a dans sa tête, dans son cœur,  partout où l’on va. Nous ne pouvons échapper à nous-même, nos efforts seront toujours vains !

    Quelles raisons pouvons-nous avoir pour supposer que tout serait mieux ailleurs qu’ici, si ce n’est de prendre nos désirs pour la réalité ?

     

    Nous oublions trop souvent qu’il est possible d’atteindre la clarté, la transformation « ici et maintenant » quelque soit la difficulté. Mais il est si facile  de projeter sur les autres ou sur notre lieu nos propres troubles. Si facile de fuir notre responsabilité. Si facile de croire que la bonne personne, le bon travail, le bon emploi, le bon livre va tout régler.

     

    La méditation ne protège pas de ce genre de fuite, car nous passons souvent d’une technique à une autre, d’un maître à un autre, d’une tradition à une autre, recherchant l’enseignement spécial, la relation spéciale, l’extase momentanée qui ouvrira la porte à la compréhension,et à la libération. Cette attitude peut devenir une illusion dangereuse, une quête sans fin, pour s’empêcher de regarder en soi.

    Parfois, certaines personnes vont se servir de retraites de méditation pour flotter à la surface de leur vie plutôt que de jeter un regard profond en elles-mêmes.

     

    Quand un stage, une retraite de méditation  devient une fuite du  monde, ou de nos relations ressentis trop « difficile » aucune transformation ne peut se faire. Cela se ressens quelques jours plus tard, par la reprise de la bonne vieille routine, et la recherche d’un nouveau stage ! Que nous utilisons la drogue, la méditation, l’alcool, ou le club Med, n’importe : c’est toujours fuir le présent.

     

    La seule solution : Nous devons laisser la vie elle-même être notre maître. Le sentier du travail est là, où nous nous trouvons, avec ce qui existe « ici et maintenant ». Accueillons tout, car c’est ici que le véritable travail de transformation se produit. Je commence par moi, je suis une étincelle de Dieu, l’Esprit universel  demeure en moi. Je Lui fais confiance, je Lui donne toutes mes peurs, mes doutes, mes colères. Dans le cœur du silence, j’écoute la guidance de qui « Je SUIS ».

     

    Ce qui est vrai à mon sujet est vrai pour tous les hommes, car l’Esprit universel est Un. Je vois le Christ en chaque homme, chaque femme, chaque enfant. Je leur murmure : « Je vous aime, car vous êtes moi. Vous êtes mon Moi divin. Nous sommes Un, je Nous aime.


     

    jumeaux

     

    « Leçon UCEM pour AvrilPour Nous les femmes... »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    4
    Jeudi 12 Mai 2011 à 13:16

    et oui, lâcher prise obligatoire à un certain niveau !!

    3
    Jeudi 28 Avril 2011 à 11:07
    rire ! pareil ! et au plus j'avance, au plus j'ai l'impression de ne rien y comprendre. Le mental perd ses repères... Donc je lâche et je me laisse porter, et j'écoute ma petite voix
    2
    Jeudi 28 Avril 2011 à 11:04

    Tout est lié, malgrès la distance, les différences dans la forme... nous cheminons toujours ensemble. Et même si souvent je n'y comprends rien, j'apprends à suivre de plus en plus ma guidance...

    1
    Dimanche 10 Avril 2011 à 13:48
    cet article tombe si bien :-)
    je suis en plein dans cette phase de conscience du "tout-un", qui me renvoie en permanence, qui me ramène à moi, mettant en exergue les points de moi-même que je dois aimer encore plus... merci... JE NOUS AIME
    tendresse à vous deux
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :